La dysfonction ostéopathique (lésion) est une restriction de mouvement, dyssymétrique.

Elle préserve l'intégrité du système nerveux central (encéphale et moelle épinière).
La dysfonction ostéopathique est présente dès que les éléments d’une structure commencent à se mouvoir de façon restrictive : dès que le conjonctif est entravé dans sa fluidité.

 

Cette restriction de mobilité est due à une perte d'élasticité des tissus (réaction cicatricielle, viscérospasme, spasme musculaire etc...). Le muscle qui ne pourra s’étendre car ses deux extrémités seront fixées, l’articulation qui ne pourra s’ouvrir parce que les muscles intervertébraux seront contracturés, l’ovule qui ne maturera pas parce que l’ovaire sera mal irrigué ou tiré par son méso, etc.

La dysfonction ostéopathique est présente dès que les éléments d’une structure commencent à se mouvoir de façon restrictive : dès que le conjonctif est entravé dans sa fluidité.

Les adaptations provoqueront des désordres à distance, projetés par les structures vasculaires et nerveuses. Positions de compensation, régulations physiologiques, dysfonctions des organes mal irrigués en aval, stases en amont, fibrose due à la non mobilité ou à la mauvaise innervation, etc.

L’ensemble des désordres structurels, circulatoires, nerveux, végétatifs, occasionnés par ou concomitants d’une restriction de mobilité constitue la dysfonction ostéopathique.

 

Le travail du vétérinaire ostéopathe ne se limite donc pas à une action localisée sur le symptôme: il cherchera la chaîne dysfonctionelle en cause. L'approche du patient est toujours globale.